Les chefs d’États et de Gouvernements de la Francophonie, réunis en septembre 1999 à l’occasion du Sommet de Moncton, ont pris la décision de créer un parlement francophone des jeunes (PFJ) et d’en confier sa mise en œuvre à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).

Ce programme de coopération interparlementaire est majoritairement financé par la Délégation aux Droits de l’Homme, à la Démocratie et à la Paix de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Depuis la création du PFJ, six sessions ont eu lieu et ont aboutit à l’adoption des textes suivant par les jeunes participants :

  • la « Charte du jeune citoyen francophone pour le XXIe siècle », en 2001 à Québec (Canada);
  • la « Déclaration sur le développement », inspirée des huit Objectifs du Millénaire pour le Développement fixés par les Nations Unies, en 2003 à Niamey (Niger) ;
  • le « Livre Blanc », contribution à la réalisation des principaux objectifs du cadre stratégique décennal arrêté par le Xe Sommet de la Francophonie (Ouagadougou – 2004), en 2005 à Bruxelles (Belgique) ;
  • 4 résolutions portant sur la prévention des conflits, sur l’inscription des jeunes  sur les listes électorales, sur les flux migratoires, et sur le VIH/ Sida, en 2007 à Libreville (Gabon) ;
  • 4 résolutions sur les crises alimentaire et financière, les enfants soldats, le travail des enfants ainsi que les jeunes et les partis politiques, en 2009 à Paris;
  • 4 résolutions sur la responsabilité de protéger les populations civiles à l’épreuve de la souveraineté des États, sur « Faut-il pénaliser la transmission du VIH? », sur le rôle du parlement aujourd’hui et sur la jeunesse, force de développement, en 2013 à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Ces simulations parlementaires se tiennent généralement en marge de l’Assemblé plénière de l’APF. Véritable instance décisionnelle de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie,cette dernière réunit plus de 300 participants dont de nombreux présidents d’assemblées et favorise les échanges entre les parlementaires de l’espace francophone.

La concomitance des deux évènements, à laquelle l’APF est fermement attachée, permet ainsi un véritable échange entre les jeunes et les parlementaires venant de tous les horizons, les premiers étant notamment amenés à présenter leurs résolutions devant les différentes commissions de l’APF.

Signalons également qu’une délégation de jeunes issus des sections APF s’est rendue, en juillet dernier, au Forum mondial de la langue française de Québec.