La délégation de l’APF était également composée de jeunes issus du Parlement francophone des Jeunes (PFJ) et des Parlements nationaux de jeunes (PNJ) : Rose Marie Armelle Sawadogo (Burkina Faso), Lidaouwessodjolo Batchassi (Togo), Augusta Prislaine Goussoutou (Gabon) et Fahrida Amadou Sidiki (Cameroun).

La délégation des jeunes de l’APF a notamment animé le stand de l’APF au Village de la Francophonie. Ses quatre représentants ont ainsi pu présenter les actions de l’APF et du PFJ aux nombreux visiteurs du Village, désireux de mieux connaître la Francophonie parlementaire.

De plus, deux représentants de la délégation des jeunes, Mlles Goussoutou et Sidiki, ont pu remettre une déclaration adoptée par les membres du PFJ et des représentants de plusieurs PNJ à l’occasion du premier Forum mondial de la langue française au Secrétaire général de la Francophonie et au Président de la République démocratique du Congo.

Lidaouwessodjolo Batchassi : «Je crois qu’il faut pérenniser les efforts et permettre aussi que d’autres jeunes puissent pénéficier de ce genre de programme de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Maintenant, le défi, c’est de faire en sorte que les pays francophones qui n’ont pas encore un parlement des jeunes en leur sein puissent les mettre en place plus rapidement possible avec l’aide de l’APF.»

Armelle Sawadogo : « C’est une très grande expérience pour moi. J’ai pu rencontrer de grandes personnalités que je ne pensais pas pouvoir rencontrer un jour. Ce sont des exemples de réussite pour moi et j’ai pu les côtoyer, discuter un peu avec eux, prendre de leurs conseils, c’est déjà une grande chose pour moi.»

Fahrida Sidiki : « On a la chance de pouvoir remettre notre déclaration des jeunes membres du Parlement Francophone des Jeunes au Palais du Peuple de Kinshasa. Nous avons mis l’accent sur le devenir des jeunes, l’épanouissement en langue française. Que nous offre la Francophonie aujourd’hui et nous qu’avons-nous à apporter à la Francophonie ? ».

Prislaine Goussoutou : « Ce qui m’a beaucoup marquée, c’est le Village. Nous avons pu, valablement, je l’espère, présenter ce qu’était l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Nous avons également pu faire comprendre aux jeunes francophones, et notamment ceux de Kinshasa, qu’ils pouvaient adhérer à notre section congolaise. L’avenir de la Francophonie se trouve en Afrique et particulièrement dans sa jeunesse. »

Commentaires

commentaires